Rendre La Nourriture Amusante : Conseils Pour Gérer Les Mangeurs Capricieux

kid broccoli

La majorité des enfants passent par une phase où ils sont capricieux avec ce qu’ils mangent. Même ceux qui ont apprécié certains goûts pendant le sevrage peuvent commencer à rejeter certains aliments et développer des préférences. L’astuce est d’essayer de rendre la nourriture amusante. Au cours des premières années, les bébés grandissent rapidement et triplent presque en poids, mais cela ralentit lorsqu’ils arrivent en maternelle, ce qui peut parfois influencer leur appétit. Devenir difficile peut être une façon pour un enfant d’affirmer son indépendance et leur repas préféré un jour peut devenir un aliment snobé le lendemain avec un autre choix historiquement moins populaire devenant leur nouveau préféré. Pendant des semaines, ils peuvent sembler ne rien manger d’autre que 1 ou 2 aliments, mais ne vous inquiétez pas, il suffit de continuer à proposer des choix sains en sachant que c’est un comportement tout à fait normal pour cet âge, et, avec le temps, il se résoudra généralement tout seul.

Voici quelques conseils qui pourraient vous aider à rendre la nourriture amusante pendant vous endurez la phase capricieuse:

Rendre la nourriture amusante : Les enfants sont fascinés et intéressés par tout ce qui attire l’œil et est créatif. Rendre les aliments irrésistibles en les arrangeant dans des formes amusantes et colorées devrait les rendre plus enclins à essayer de nouveaux aliments. Les sauces sont une façon fantastique d’amener les enfants à essayer de nouvelles choses notamment servies avec des aliments à manger avec les doigts comme des crudités ou des lanières de poulet ou de pain. Le houmous et les sauces au yaourt sont nutritives et délicieuses.

CONSEIL: Coupez les aliments solides en petits morceaux qu’ils peuvent facilement manger eux-mêmes, en vous assurant que les morceaux sont assez petits pour éviter le risque d’étouffement.

Inclure les enfants dans la planification des repas : Ça peut être à la fois amusant et éducatif d’inclure les enfants dans le choix des repas. Les enfants profiteront d’une expérience sensorielle lors de visites au supermarché quand ils auront la possibilité de voir, toucher, tenir et choisir d’acheter différents fruits et légumes, sentir les plantes aromatiques, découvrir la variété de la vie marine chez le poissonnier et les différents types de viandes à la boucherie. Faites en sorte que même déballer et ranger les courses devienne amusant. Je parie qu’ils seront intrigués de goûter ces nouveaux aliments après toute cette aventure. Laissez-les choisir les fruits, légumes, glucides et les protéines à préparer pour le dîner, puis amusez-vous à les déguster ensemble et à parler de la couleur, des saveurs, des textures et des nombreuses façons de les préparer.

Little Chef

Petits chefs : Il y a de nombreuses tâches de cuisine amusantes que les enfants peuvent faire avec supervision. Tamiser, remuer, compter les ingrédients, cueillir des herbes fraîches dans le jardin ou sur un rebord de fenêtre, verser les ingrédients pesés dans des bols et  « peindre » avec de l’œuf battu, pour n’en nommer que quelques-unes. Impliquez-les encore plus en lisant ensemble des livres de cuisine adaptés aux enfants et en les laissant choisir les recettes à cuisiner avant de les inclure dans la préparation. N’oubliez pas de les féliciter et de leur dire à quel point la nourriture est délicieuse lorsque vous mangez afin qu’ils soient fiers de ce qu’ils ont aidé à cuisiner.

Repas agréables : Partager un repas relaxant et amusant en famille ou les exposer à manger des aliments sains avec des amis peut aider un enfant à se sentir à l’aise d’essayer de nouveaux aliments qu’il voit mangés par sa famille ou par ses amis. Ne servez qu’une seule option à l’heure des repas, en incorporant au moins un aliment que vous savez qu’ils aiment. Si l’enfant rejette le plat préparé, résistez à l’envie de leur faire une autre option car cela peut encourager les caprices alimentaires et signifiera plus de travail dans la cuisine. Ne vous découragez pas s’ils ne le mangent pas. Pour minimiser les restes, proposez les nouveaux aliments en petites quantités. Gardez les repas positifs et continuez à leur présenter un repas équilibré à chaque fois. Essayez, essayez, réessayez. Ils disent qu’un enfant pourrait avoir besoin d’essayer une nouvelle saveur jusqu’à 8 fois avant de s’y habituer. Soyez persévérant car les enfants qui sont exposés à une grande variété d’aliments à un jeune âge ont tendance à être des mangeurs moins capricieux en grandissant.

CONSEIL : Évitez les distractions comme la télévision et instaurez une règle qui interdit les écrans à table. Vous l’apprécierez pendant l’adolescence !

Ne pas soudoyer : Les enfants sont réceptifs à nos humeurs et à nos émotions. Si un enfant refuse un repas, il faut maintenir une approche positive. Faire pression, soudoyer ou punir un enfant pour qu’il mange n’est pas amusant et doit être évité à tout prix, car cela pourrait rapidement entraîner des batailles à chaque repas. Demandez-vous s’ils ont réellement faim, s’ils ont pris un gros petit déjeuner ou s’ils ont récemment goûté. Peut-être qu’ils ne sont pas prêts à manger tout de suite. Les enfants ne s’affameront pas délibérément et mangeront quand ils auront faim. Apprendre à écouter les indices corporels pour la faim et la soif sont des compétences importantes. Planifier les repas, contrôler les portions et limiter les gouters peut aider à s’assurer qu’ils auront faim quand il est temps de manger.

Rendre l’inconnu plaisant:

Essayez de servir des aliments ou des saveurs inconnus avec des aliments plus familiers. Les enfants préfèrent naturellement les aliments sucrés et salés à ceux qui sont plus aigres ou amers. Par exemple, le brocoli a tendance à avoir un arrière-goût amer, mais une fois servi avec du fromage devient une excellente combinaison pour les papilles d’un petit. Dans l’épisode « JE NE MANGERAI JAMAIS DE TOMATES DE TOUTE MA VIE » de la série Charlie et Lola, Lola est décrite comme une enfant difficile à table et donc les carottes deviennent des batons orange de Jupiter, les petits pois deviennent des gouttes vertes du Groenland et la purée de pommes de terre devient des nuages du mont Fuji. Donner aux des légumes des noms amusants peut aider avec un enfant difficile et encourager l’acceptation de nouveaux aliments et les noms n’ont pas besoin d’être compliqués. Par exemple, les brocolis peuvent être des arbres verts, le chou-fleur, des arbres blancs, des quartiers d’oranges, des petits bateaux et des asperges, des lances. Il y a plein d’idées, pourquoi ne pas en créer d’autres et inventer quelques histoires pour accompagner les aliments et élargir leur imagination.

Video: Watch “I Will Not Ever Never Eat a Tomato”

Rappelez-vous...

Si vous êtes préoccupé et avez besoin de conseils nutritionnels pour les enfants, parlez-en à votre pédiatre ou à un diététiste qualifié qui peut vous aider à résoudre les problèmes et donner des conseils sur des repas qui comprennent tous les nutriments nécessaires pour la croissance et un développement optimal. Rappelez-vous qu’une phase difficile est un stade de développement normal pour les tout-petits. Faites de votre mieux pour les guider patiemment sur le chemin vers une alimentation saine.

©Platinum Nanny 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *